Pour une vie Active

Choisir les bonnes chaussures pour votre enfant

Choisir les bonnes chaussures pour votre enfant n’est pas seulement une question de mode; des chaussures correctes font partie d’un mode de vie sain et peuvent faire une énorme différence dans la posture, la sécurité et le confort d’un enfant. Voyons comment et comment choisir les meilleures chaussures pour vos tout-petits.

 

Pourquoi les chaussures sont-elles importantes?

Les choix que vous faites maintenant pour votre enfant se prolongeront jusqu’à l’âge adulte; la plupart d’entre nous, 98% sont nés avec des pieds en bonne santé. Seulement 40% des 98% auront des pieds en santé à l’âge de 18 ans. De toute évidence, trouver les bonnes chaussures peut faire une grande différence.

Les avantages des chaussures appropriées comprennent:
● Améliorer la posture
● Protéger les articulations
● Soutenir et amortir les pieds pendant l’activité
● Aider au confort
● Prévention des glissades, chutes et blessures évitables
● Protéger la plante des pieds des dangers

Bien sûr, il existe de nombreuses options lors de l’achat de chaussures pour enfants, mais si beaucoup d’entre elles sont adorables, toutes ne sont pas pratiques ou sûres.

 

Comment choisir les bonnes chaussures?


Choisir les bonnes chaussures ne doit pas être un défi. Voici quelques directives simples à suivre pour vous assurer de prendre la bonne décision:


1. Adapter la chaussure suivant l’âge de votre enfant


Les pieds des enfants grandissent beaucoup – jusqu’à 12 tailles au cours de leurs trois premières années de développement. Mais près de la moitié des enfants portent une taille de chaussure incorrecte. Cela peut causer de graves problèmes pendant la croissance des pieds, il est donc essentiel de toujours mesurer les pieds de votre enfant avant d’acheter de nouvelles chaussures.

Comme ils peuvent changer si rapidement, les physiothérapeutes recommandent des contrôles de taille fréquents au rythme suivant:
● Tous les deux mois pour les enfants de moins de deux ans
● Tous les quatre mois pour les enfants de trois à quatre ans
● Tous les six mois pour les enfants de plus de cinq ans

Et quelle que soit la mesure, demandez toujours à vos enfants d’essayer des chaussures avant de les acheter; leurs pieds ne doivent pas être écrasés sur toute leur largeur et leurs orteils doivent pouvoir se déplacer librement. Si vos petits sont mobiles, demandez-leur de se promener dans les chaussures pour tester leur niveau de confort et identifier les zones de tiraillement ou d’inconfort.

2. Des chaussures différentes pour différents stades de développement


Les chaussures pour bébés diffèrent considérablement des chaussures pour enfants de maternelle, donc gardez à l’esprit le stade de développement de votre enfant. Les nourrissons n’ont pas besoin de beaucoup de soutien car ils ne marcheront pas. Les tout-petits sont à mi-développement, mais debout toute la journée, ils ont donc besoin d’espace pour grandir et des chaussures confortables. Les enfants plus âgés ont des pieds moins fragiles mais les utilisent de manière plus variée, et généralement pour des activités à fort impact, donc les chaussures avec un mélange de flexibilité et de soutien sont meilleures.

 

3. Considérez l’activité


Pour les enfants plus âgés, comme pour les adultes, il est important de se rappeler pour quelle activité les chaussures seront portées. Les chaussures de course ont des caractéristiques différentes des chaussures de marche. Si votre enfant pratique un sport spécifique, pensez à acheter des chaussures conçues pour ce sport, car elles offriront plus de protection et de soutien de la manière spécifique requise pour cette activité. Si vous cherchez simplement de bonnes chaussures tout usage, vérifiez l’épaisseur et l’adhérence de la semelle, la flexibilité du matériel et surtout la coupe.

 

4. Considérations importantes


Les pieds des enfants transpirent plus du double de ceux des adultes, alors recherchez des chaussures faites de matériaux légers, respirants et naturels, afin que vos pieds ne surchauffent pas. Cela peut prévenir les cloques ainsi que les odeurs désagréables. La toile est une excellente option, car elle est également lavable, tout en étant durable. Évitez le plastique et les matériaux synthétiques.

 

5. Maintient


Les chaussures que vous envisagez peuvent être entièrement lacées, velcro ou autre chose. En règle générale, il est recommandé d’éviter les chaussures à enfiler et les chaussures sans dos pour les enfants, car ils n’offrent pas un soutien adéquat. Le choix entre les attaches est une question de capacité pour votre enfant; dans la mesure du possible, choisissez une chaussure à enfiler et à retirer facilement.

Mieux vous serez préparé avant de partir à la recherche de chaussures pour enfants, plus votre voyage sera facile. N’oubliez pas que s’ils ne sont pas à l’aise dans le magasin, ils ne le seront pas lorsqu’ils les porteront à la maison!

Bénéfices et risques du ski alpin

Le ski alpin est l’un des sports d’hiver les plus populaires au Canada, avec environ 2,6 millions de personnes qui y participent chaque année. Il a le double avantage d’être à la fois très amusant et est un excellent exercice. Ce sport comporte des risques, donc si vous êtes un skieur régulier ou envisagez de pratiquer ce sport, voici ce que vous devez savoir:

 

Bénéfices du ski alpin

1. Un mix de différents exercices

Le ski est un excellent moyen de faire de l’exercice, en particulier parce qu’il combine à la fois l’endurance et l’entraînement en résistance. Cela signifie que, par rapport à d’autres sports, il offre plus d’exercice pour le temps passé à skier; et ça nous n’avons même pas l’impression de forcer!

2. Stimule le cœur

Les recherches des cardiologues montrent que le ski alpin équivaut au vélo ou à l’aviron en termes de bienfaits pour la santé cardiaque. Une descente tranquille sur une course en douceur peut ne pas avoir tout à fait le même impact qu’une descente à toute vitesse, mais dans les deux cas, vous aidez votre corps à améliorer la résistance à l’insuline et le métabolisme du glucose, et à abaisser la tension artérielle et les lipides et à améliorer le corps composition.

3. Renforce les os et les articulations

Le ski signifie porter votre poids sur vos jambes et utiliser vos genoux pour tourner et bouger. Cela renforce les muscles plus gros dans la partie inférieure du corps et les os et les articulations de vos jambes, genoux et hanches. Cela peut réduire le risque d’ostéoporose et de dommages au genou à l’avenir.

4. Améliore l’équilibre et la coordination

Le ski est une question d’équilibre, et apprendre à rester debout en utilisant votre force principale est un excellent moyen de conserver votre sens de l’équilibre au fil des années – ce qui peut vous aider à éviter les chutes. Vous pouvez également pratiquer la coordination et la flexibilité pendant que vous skiez, ce qui vous permet également d’éviter les tensions et les entorses.

5. Stimule l’humeur et améliore le sommeil

Passer la journée à l’extérieur au soleil, respirer l’air frais et ressentir le frisson du ski alpin ne manquera pas de vous faire sourire. Et la fatigue naturelle qui survient après un tel exercice améliore la durée et la qualité du sommeil. La recherche montre que la pratique du ski alpin est également un excellent indicateur d’un mode de vie généralement actif et sain.

Les risques du ski alpin

Il y a évidemment un risque de blessure lors de la pratique de tout type de ski (ou même de tout sport), mais les risques peuvent être considérablement améliorés par:

1. Utilisation appropriée de l’équipement
2. Rester dans les limites de vos capacités
3. Prise en compte des conditions

Des conditions météorologiques changeantes, des conditions de neige ou de glace incertaines, des pentes très fréquentées ou la présence d’obstacles rendent les blessures plus probables et potentiellement plus graves. Il est conseillé, si vous êtes un nouveau skieur, de prendre les choses lentement, n’oubliez pas de vous échauffer avant et de vous étirer ensuite, et si possible demandez l’aide d’un moniteur pour vous assurer que votre forme est conçue pour protéger votre corps. La chute ne doit pas être préjudiciable, tant que vous savez comment le faire en toute sécurité!

 

Le risque de chutes chez les ainés: causes et prévention

La population québécoise, tout comme celle de la grande majorité des pays occidentaux, est vieillissante. L‘évolution de nos sociétés permet aux personnes âgées d’avoir une vie plus active que par le passé. Or, nous accordons beaucoup d’importance à l’autonomie et au maintien à domicile des personnes âgées. Néanmoins, une simple chute peut transformer une vie autonome à une condition de dépendance. Au Québec, on compte chaque année 14  000 hospitalisations d’adultes âgés de 65 ans et plus, et ce, à la suite d’une chute. 20 % des personnes ayant subi une fracture à la hanche, à la suite d’une chute, décèdent dans l’année qui suit. 

 

Causes

Il est reconnu qu’entre 30 et 50 % des chutes sont liées à des facteurs environnementaux. Les chercheurs ont identifié un certain nombre de dangers, au domicile et dans les endroits publics, qui contribuent aux chutes. Les objets qui font trébucher, le mauvais éclairage, les surfaces glissantes ou inégales ou les escaliers constituent des facteurs de risques fréquents.  

 

La fragilisation du corps liée au vieillissement de la personne peut être accentuée par des habitudes de vie qui vont à l’encontre d’une bonne santé. La sédentarité, un régime alimentaire pauvre en protéines et en calcium et l’alcool ont des conséquences sur la santé de notre ossature. Ces habitudes rendent le corps de la personne âgée encore plus vulnérable et augmentent les probabilités qu’une chute se produise et que les conséquences en découlant soient graves (fracture). 

 

Les facteurs de risques biologiques et médicaux sont aussi importants. Le vieillissement d’une personne est accompagné de modifications corporelles (diminution de la masse musculaire, augmentation de la masse graisseuse et fragilisation des os). À ces modifications peut s’ajouter un ralentissement des réflexes, une baisse de la vue, une diminution de la mobilité et de l’équilibre. Les déplacements deviennent alors plus demandant et difficiles.  

 

Prévention

L’activité physique s’avère encore être la meilleure façon de réduire les risques de chute. Les personnes actives sont en meilleure forme et sont plus alertes mentalement. Toutes les raisons sont bonnes pour bouger : activités sociales, sports, clubs en tout genre. Un 20 minutes d’exercice tous les jours ou au moins trois fois par semaine, peut grandement aider au maintien physique. D’ailleurs, le Guide d’activité physique canadien pour une vie active saine pour les aînés constitue une excellente source d’information et de suggestions pour rester actif et en santé.  

  

La force et l’équilibre contribuent à la stabilité. Il est donc important de renforcer les jambes afin de diminuer le risque de chute lié à la perte d’équilibre. Il existe aussi de nombreuses activités pour aider à améliorer le sens de l’équilibre. La marche est un bon exemple. Effectuée avec des bâtons de marche, cette activité devient beaucoup plus stable tout en augmentant le travail physique. La natation est aussi un très bon choix, tout comme la bicyclette et le golf.  

 

Il est aussi possible et important de diminuer la prise de médicaments en prenant de saines habitudes de vie. Une bonne alimentation, beaucoup d’oméga-3, de bonnes habitudes de sommeil et de l’exercice physique sont les ingrédients pour maintenir une bonne santé.  Il est recommandé de faire examiner l’ensemble de sa médication tous les ans afin de s’assurer de la bonne dose à prendre et tenter de réduire progressivement les médicaments devenus non nécessaires selon Statistiques Canada, sur la prévention de chute chez les ainés 

 

Si vous vous sentez de moins en moins stable lorsque vous êtes debout, n’hésitez pas à nous consulter pour faire évaluer votre force, votre stabilité et votre équilibre. Notre équipe de thérapeutes sauront vous fournir des conseils en matière d’exercice, de nutrition et de prévention. Ne laissez pas une chute vous mettre à terre! 

  

Principaux conseils pour prévenir les chutes

 

  • Dans votre résidence, réduisez l’encombrement et évitez les tapis mal fixés
  • Assurez-vous de pouvoir accéder aisément au bain ou à la douche
  • Portez des chaussures ou pantoufles antidérapantes et dotées d’un bon soutien
  • Faites examiner votre vision et votre ouïe tous les ans
  • Faites vérifier votre médication régulièrement

4 conseils pour combattre la dépression saisonnière

L’automne est bel et bien entamé et on sent le froid d’hiver qui arrive à grand pas. Le début des mois froids est aussi synonyme du début de périodes très difficiles pour certaines personnes. En effet, plusieurs souffrent de ce qu’on appelle «la dépression saisonnière» et voient les 4 prochains mois comme un réel cauchemar. Généralement causée par une mauvaise alimentation, la sédentarité ainsi que le manque de lumière cette maladie peut affecter tout le monde. 

Cette maladie n’est pas un mythe et affecte un grand nombre de personnes au Québec comme au Canada. C’est un trouble d’humeurs alimenté de fatigue chronique qui sont en soit des symptômes d’un déséquilibre dans votre santé. Heureusement, il existe quelques astuces naturelles pour vous aider à passer à travers cette période difficile 

 

Les symptômes  

 

La dépression saisonnière est très similaire à la dépression clinique. En effet, les symptômes sont semblables mais ce qui les différencie c’est que pour poser un diagnostic clair de dépression saisonnière ces symptômes précis doivent réapparaître pendant au moins 2 hivers consécutifs. En effet, les symptômes apparaissent normalement à partir du mois d’octobre et disparaissent complètement vers le mois d’avril.  

 

Pour ce qui est des symptômes plus précisément, les personnes touchées auront tendance à vouloir s’isoler, avoir une baisse d’énergie, vivre beaucoup d’anxiété et d’irritabilité.  De plus, les personnes atteintes auront tendance à gagner du poids et souffrir de problèmes d’hypersomnie.  En général, les personnes souffrant de dépression saisonnière auront aussi une humeur dépressive et ce tout au long de la journée et celle-ci peut mener à des pensées suicidaires.  

 

Conseils pour réduire les effets de la dépression saisonnière  

 1. Changez votre alimentation

Avec le temps froid qui arrive, notre mode de vie change et cela affecte dans beaucoup de cas notre alimentation. En effet, l’été, tous les marchés sont accessibles, une quantité épatante de fruits et légumes frais s’offrent à nous il est donc plus simple de les inclurent à notre alimentation. Cependant, lorsque le temps froid arrive, nous avons tendance à devenir plus sédentaires et ainsi tranquillement négliger notre alimentation en priorisant les produits raffinés et transformés. En adoptant un régime plus sain lors de cette période difficile, vous pourriez aider votre corps à mieux réagir à ce manque de lumière.  Voici quelques points essentiels du régime à adopter afin de vous aider à retrouver le moral :  

  • Oméga-3 : ceux-ci contribuent à augmenter la production de sérotonine. Celle-ci est impliquée dans la gestion de  l’humeur et est associée à l’état de bonheur. Vous pouvez retrouver des oméga-3 dans les poissons gras, les graines de lin et de chia, les noix de Grenoble, etc.  
  • Vitamines B: plusieurs études suggèrent que les personnes ayant un déficit en vitamines B2, B6, B9 et B12 présentent souvent des symptômes de dépression. Cette vitamine se retrouve dans plusieurs aliments tels que : les légumes verts, les lentilles, les graines, la levure de bière, germes de blé, les oranges, etc. Renseignez-vous afin de les inclure au maximum dans votre alimentation.  
  • Évitez les produits raffinés et transformés durant cette période de l’année. Bien sûr, nous ne vous demandons pas de complètement les éliminer mais d’y porter une attention particulière. Il peut vous tenter d’en consommer plus durant cette période puisque souvent ceux-ci représente des recettes rapides et sans complications mais rappelez-vous que ceux-ci ne vous aide pas à vous sentir mieux. Prenez l’habitude de vous cuisiner une grosse recette qui servira de lunch pour votre semaine 

 2. Sortez dehors, bougez! 

Rien ne sert de vous organiser un plan d’entrainement olympien mais bien juste d’ajouter de l’activité physique à votre routine afin de réduire votre niveau de sédentarité. Faire de l’activité physique permet la production d’endorphines et des neurotransmetteurs associés au sentiment de bien-être et de plaisir. Par exemple, si dans votre routine matinale vous prenez normalement le bus pour vous rendre au métro, pourquoi ne pas faire le chemin à la marche et profiter de l’air frais? Si vos activités physiques sont faites à l’extérieur, vous profiterez du soleil et celui-ci est excellent pour votre humeur.  

 

Gardez en tête que la dépression saisonnière est en grande partie causée par le manque de lumière pendant cette période de l’année. Essayez de profiter le plus possible du soleil le temps qu’il y en a. Habillez-vous chaudement et allez profiter du bel hiver québecois, vous vous sentirez nettement mieux après.  

 

 3. Entourez-vous de vos proches

Comme nous le savons tous, les liens affectifs et sociaux sont essentiels au bonheur de l’être humain. Avec la saison hivernale qui arrive plusieurs ont tendance à vouloir s’enfermer et éviter les contacts sociaux. Gardez-en tête qu’il est important pour vous et surtout pendant cette période de l’année de continuer à tisser des liens sociaux puisque ceux-ci vous permettent d’évacuer la pression et le stress.  

 

 4. Adoptez un horaire de sommeil fixe 

Renseignez-vous sur le nombre d’heure de sommeil optimal selon votre situation et essayez de le respecter. Un truc pourrait être de vous créer une routine de sommeil que vous répétez à chaque soir afin que tranquillement votre corps s’habitue à celle-ci et que vous diminuiez vos troubles de sommeil. Lorsqu’une personne souffre de dépression saisonnière le sommeil pourrait sembler une option pour passer à travers sa journée. En habituant votre corps à rester en situation de sommeil pendant une longue partie de la journée vous ne l’aidez pas à contrer la dépression saisonnière et au contraire.  

 

En espérant que cet article vous a donné quelques trucs pour passer à travers cette saison difficile. Sachez qu’il peut aussi vous être bénéfique de faire appel à nos services si vous pensez souffrir de dépression saisonnière. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information sur le sujet!  

 

Conseils pour éviter de se blesser pendant les corvées d’automne

Les feuilles qui tombent et l’Halloween à nos portes; voilà des signes que l’automne est bien installée. Durant cette période de l’année, plusieurs d’entre nous s’affairent à préparer le terrain pour l’arrivée de l’hiver. Toutes ces activités extérieures peuvent devenir très ardues si vous travaillez rapidement, n’effectuez pas les bons mouvements et ne prenez pas le temps de bien vous échauffer. Voici nos conseils pour éviter les blessures pendant vos corvées d’automne.

Pour éviter de se blesser :

1. La règle d’or

La règle d’or pour éviter de vous blesser à la colonne vertébrale est de ne jamais dépasser la longueur de vos bras dans vos mouvements. En effet, si vous vous étirez au-delà de cette longueur anatomique personnelle, c’est votre colonne vertébrale qui en subira les contrecoups. Que ce soit lorsque vous émondez les arbres, raclez les feuilles ou nettoyez les murs extérieurs de votre maison ; respectez toujours cette règle. N’oubliez pas d’utiliser un escabeau pour être à la bonne hauteur.

2. Ramasser les feuilles sans douleur

Ramasser les feuilles sur le terrain peut s’avérer être une activité très efficace pour se garder en forme. Par contre, il est important d’utiliser la bonne technique et les bons outils. Optez pour un râteau à lames flexibles disposées en éventail. La tâche sera un peu plus longue, mais plus agréable et moins difficile pour vos bras. Diminuez la tension au niveau de votre dos en plaçant une jambe en avant, et l’autre à l’arrière. Alternez les jambes et les mains de temps en temps. De cette manière, vous garderez toujours votre centre de gravité au bon endroit. Finalement, évitez de ramasser les feuilles par temps de pluie. Leur poids augmente considérablement et l’exercice devient beaucoup plus difficile physiquement.

Avec son sac de ramassage, votre tondeuse peut être aussi une méthode très efficace pour ramasser les feuilles mortes. Vous n’avez qu’à ajuster les leviers de réglages de la hauteur de la tonte. De cette manière, vous ramasserez les feuilles sans tondre le gazon. Cette méthode est beaucoup moins exigeante pour votre corps, mais tout aussi efficace.

3. Déplacement des objets lourds sans blessure

L’automne est aussi le temps de ranger les boyaux, fermer la piscine, entreposer le BBQ et installer l’abri à neige. Ces activités peuvent vous demander de soulever des charges et de déplacer des objets plus lourds. Il est important de respecter les règles de base pour soulever ces charges avec précaution.

Tout d’abord, approchez-vous de l’objet et mettez les pieds à la même largeur que celle de vos épaules. Vos pieds et votre tête doivent pointer en direction de l’objet à lever. Les genoux pliés et le dos droit, utilisez les muscles de vos jambes et de vos bras afin de soulever la charge tout en la gardant près de votre corps. Pour déposer la charge, pliez les genoux en premier, puis contrôlez la descente.

4. Un échauffement et des étirements appropriés

N’oubliez pas de vous réchauffer graduellement et d’étirer vos muscles à intervalles réguliers pendant toute votre journée de travail. Un échauffement général de 5 minutes est aussi requis pour préparer le corps en élevant la température des muscles, articulations et tendons. Si l’échauffement est important au début, il est tout aussi recommandé de bien s’étirer à la fin de la journée. N’hésitez pas à consulter votre professionnel de la santé. Il pourra détecter et vous aidez à prévenir bien des maux.

Finalement, pour éviter de vous blesser, travaillez de façon progressive. Prenez également des pauses le plus fréquemment possible. Rien ne sert de courir, il suffit de partir à point… pour finir les travaux avant la tombée de la première neige.

Conseils amusants

  • Utiliser vos sacs remplis de feuilles mortes pour faire un décor d’Halloween. Pourquoi pas, on peut s’amuser en travaillant!
  • Faites une petite pause dans un verger près de chez vous pour cueillir des pommes du Québec. Vous êtes tous au courant du proverbe : une pomme par jour éloigne le docteur pour toujours !

En espérant que ces conseils vous éviteront de vous blesser pendant les corvées d’automne. N’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous si vous avez des questions!

4 conseils d’ergonomie pour un retour au travail sans blessures

Malheureusement, il n’est pas rare que nos clients nous manifestent avoir de la difficulté à travailler puisqu’ils croient que leur environnement de travail ne favorise pas leur rétablissement. En effet, la majorité de la population a un travail qui exige d’être assis devant un ordinateur toute la journée ce qui peut être grandement nuisible sur le long terme.

Les douleurs dues à une mauvaise position de travail peuvent passer par le mal de cou (cervilagie) à la tendinite ou à la capsulite de l’épaule, douleur au milieu du dos (dorsalgie) ou encore engourdissements aux mains. Afin de favoriser votre guérison ou tout simplement éviter des blessures, nous vous présentons dans cet article quatre conseils d’ergonomie qui vous aideront à aménager votre poste de travail à l’ordinateur.

 

1. Votre siège

Parmi nos conseils d’ergonomie, nous croyons que l’ajustement de votre siège est la base d’une bonne posture au bureau. Assurez-vous que vos cuisses soient parallèles au sol lorsque vous êtes assis et que vos pieds sont posés par terre. Vous ne devriez pas sentir de pression inconfortable sous vos cuisses.

 

La profondeur du siège est un point souvent oublié, mais très important. De fait, la profondeur adéquate d’un siège est lorsque celle-ci permet de supporter la cuisse sur toute sa longueur sans pour autant coincer à l’arrière du genou. Vérifiez qu’aucune pression à l’arrière des genoux n’est présente lorsque vos pieds sont bien supportés et que votre dos est bien appuyé sur votre dossier. Si vous ressentez un inconfort derrière vos genoux, cela signifie que votre siège est trop profond.

 

Pour ce qui est du dossier, ce dernier est censé vous aider à garder la courbure naturelle du dos au niveau lombaire. De fait, assurez-vous que la hauteur de celui-ci soit positionnée de façon à positionner le support lombaire dans le creux du dos. On suggère aussi d’incliner légèrement votre dossier vers l’arrière de façon à ce que le poids de votre haut du corps soit partiellement transféré sur le dossier et ainsi allèger le travail de vos muscles du dos.

 

Pour ce qui est des accoudoirs, ceux-ci ne sont pas obligatoires si vos coudes restent le plus prêt du corps possible et que vos épaules restent détendues. Par contre, si vos accoudoirs sont bien ajustés, ils permettent de supporter le poids de vos membres supérieurs. Ajustez les de sorte qu’une fois appuyés, vos bras se retrouvent parallèles à votre corps et vos épaules soient relâchées. Gardez en tête que vos accoudoirs ne devraient pas vous empêcher de vous approcher de votre surface de travail.

 

2. Le clavier

Afin de vous indiquer si votre clavier est placé au bon endroit, vous devez d’abord vous assurer que lorsque vous êtes en position de travail au clavier, vos avant-bras sont à peu près parallèles au sol et que vos coudes sont près de votre corps. Comme mentionné plus tôt, vos épaules ainsi que votre cou devraient être détendus. Si vous ne pouvez pas ajuster la position de votre clavier, il sera nécessaire de modifier la hauteur de votre chaise de façon à respecter la position des avant-bras mentionnée. Aussi, vos poignets devraient rester droits, pensez à ceux-ci comme le prolongement de vos avant-bras.

 

3. L’écran

Tout d’abord, il est bien important que votre écran soit placé devant vous et non pas à gauche ou à droite de votre champ de vision. Cette situation pourrait vous causer de la fatigue visuelle en plus des douleurs au cou, aux épaules et au dos. La hauteur à laquelle l’écran devrait se trouver varie selon le confort de chacun. Par contre, nous suggerons comme repère que vos yeux soient au même niveau que le haut de la partie vitrée de l’écran. Pour ce qui est de la distance à laquelle l’écran devrait se trouver, nous suggerons une mesure approximative de un bras. Par contre, la distance peut varier selon la de chaque individu.

 

4. Vos fournitures de bureau

Placez les objets que vous utilisez le plus souvent à proximité de vos bras. Par exemple, votre téléphone devrait être facilement accessible lorsque vous êtes assis face à votre ordinateur.  Assurez-vous également qu’aucun matériel ne traine en dessous de votre bureau ne vous permettant pas d’adopter une posture naturelle et confortable. N’hésitez pas à conserver votre environnement de travail le plus organisé possible afin de pouvoir l’adapter à vos besoins.

Nous vous recommandons la lecture de cet article de l’Ordre des physiothérapeutes du Québec concernant les maux de dos au travail.

En espérant que ces conseils d’ergonomie vous permettront de faciliter votre retour au travail cet automne. N’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous si vous avez des questions!

 

Les avantages de la massothérapie

Physio Proactive offre maintenant des services de massothérapie avec notre massothérapeute et kinésiologue, Tony Huynh. Cette thérapie était depuis longtemps, considérée comme une alternative à d’autres traitements, mais est de plus en plus en demande depuis quelques années.  Nous sommes conscients que ce service est bénéfique pour plusieurs personnes et nous sommes très fiers de l’offrir. La massothérapie est basée sur des techniques thérapie manuelle qui sont bénéfiques pour le corps. Nous vous présentons dans cet article, cinq avantages de la massothérapie.   

  

1. Une thérapie relaxante et qui aide à réduire le stress  

Il est prouvé que lorsque le corps est tendu et est sous l’effet du stress, il produit automatiquement du cortisol, l’hormone du stress. Le cortisol augmente le risque de problème de santé tel que la prise de poids, l’insomnie, les problèmes digestifs et les maux de tête. La massothérapie est une bonne solution pour baisser le niveau de cortisol dans le corps. En effet, cette thérapie aide le corps à relâcher toute tension. La massothérapie vous aidera à relaxer automatiquement, vous mettra de bonne humeur et réduit le niveau de stress.    

  

2. Réduit les douleurs musculaires  

Si vous êtes une personne qui souffre de douleurs musculaires, la massothérapie peut être la solution pour vous! Les massages thérapeutiques augmentent et améliorent la circulation sanguine ce qui conduit à une réduction des tensions musculaires et augmente votre flexibilité.   

  

3. Améliore le sommeil  

La massothérapie vous aide à bénéficier d’un sommeil réparateur et relaxant pour votre corps. Les personnes qui souffrent d’un trouble de sommeil se voient charmées par cette thérapie. Les massages détendent les muscles du corps et réduisent le niveau de stress. L’esprit est donc assez calme pour profiter d’un sommeil profond et profitable. De plus, vous vous retrouverez plus reposé et énergisé le matin.  

 

4. Aide à traiter l’anxiété et la dépression  

 Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles la massothérapie pourrait être bénéfique pour les personnes souffrant d’anxiété et de dépression. Le contact humain dans un contexte sécuritaire et professionnel peut être vraiment thérapeutique pour certaines personnes. De plus, un massage peut effectivement augmenter la sérotonine et la dopamine, des hormones connues pour augmenter le sentiment de bonheur et diminuer les sentiments d’anxiété et de dépression.   

 

5. Renforce votre système immunitaire

Il est prouvé que les personnes qui subissent un stress élevé sont plus vulnérables à la maladie et aux blessures. Le stress est généralement associé à la privation de sommeil et à une mauvaise nutrition, ce qui a un impact direct sur le système immunitaire. Le massage aide à stimuler le système lymphatique qui est connecté au système de défense du corps. Une séance de massage régulière vous aidera non seulement à réduire votre niveau de stress, mais également à renforcer votre système immunitaire.   

  

Ces 5 bienfaits de la massothérapie ne sont qu’un aperçu de tout le bien qu’elle peut procurer. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez plus d’informations sur nos nouveaux services ou si vous souhaitez prendre rendez-vous avec Tony Huynh, massothérapeute et kinésiologue.  

 

Conseils sur la prévention des blessures lors du déménagement

Tout le monde sait à quel point le déménagement est une période stressante avec un risque de blessure élevée. Que ce soit une blessure au dos, une entorse musculaire, une hernie ou une blessure aux doigts ou orteils, ce sont toutes des affections courantes, mais évitables lors du déménagement. Voici quelques conseils pour prévenir les blessures et assurez votre sécurité :

 

1. Prenez le temps nécessaire

Un déménagement précipité est beaucoup plus susceptible d’entraîner des accidents évitables alors que vous vous démenez pour tout faire. En effet, essayer d’en faire trop en un court laps de temps est susceptible de causer une fatigue musculaire ou engendre une blessure. Respectez votre rythme, essayez de paqueter quelques boites chaque jour plutôt que d’essayer de tout faire en même temps.

2. Planifier votre déménagement

Faites en sorte que votre déménagement soit aussi facile que possible. Par exemple, essayer d’éviter de déménager l’hiver où le risque de chute est plus grand. N’hésitez pas également d’aviser vos proches de vous donner un coup de main pour ne pas en avoir trop sur les épaules. Finalement, gardez les animaux et les enfants en lieu sûr pour réduire les chances d’accident malheureux.

3. Emballez les boites judicieusement

On est souvent tenté de remplir les boites au maximum pour optimiser l’emballage, mais il est important de considérer avant ses limites de levage. Une boite pleine peut être trop lourde à soulever et par conséquent vous mettre à risque de vous blesser au dos. Règle générale, il est préférable de limiter le poids des boites à l’équivalent de 10 à 15 % de votre poids corporel. Il est également important d’utiliser des matériaux d’emballage appropriés pour envelopper des objets coupants ou dangereux, tels que des couteaux de cuisine, afin de ne pas vous blesser par inadvertance.

 

4. Utiliser du matériel et des vêtements appropriés

Avoir recours à un équipement adéquat permet de minimiser le risque de blessure. Tirez profit des outils disponibles en utilisant des chariots, courroies et patins pour déplacer les gros objets. Portez des chaussures fermées, des gants de travail et des vêtements confortables pour vous protéger et prévenir les blessures aux mains et pieds.

 

5. Maintenez un environnement sécuritaire

Il est normal que la maison soit sens dessus dessous durant la période du déménagement, par contre, une chute peut vite arriver en trébuchant et ainsi entraîner de grave conséquence. Assurez-vous donc de maintenir toutes les voies et allées libres autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la maison et regardez toujours où vous mettez les pieds.

 

6. Prenez soin de vous

Il est important de prendre soin de vous au cours du déménagement. Vous devez dormir suffisamment, hydratez-vous bien, mangez, prenez des pauses fréquemment, réchauffez-vous avant l’effort pour garder les muscles au chaud et utilisez des techniques de levage appropriées. Lorsque vous transportez des objets lourds, assurez-vous de plier les genoux et soulevez-les avec vos jambes. Déplacez-vous lentement et avec contrôle, posez l’objet au moment où vous vous sentez fatigué pour éviter les blessures au dos. Finalement, soyez à l’écoute de votre corps et respectez vos limites.

Le déménagement est un processus qui est exigeant. Alors que dire lorsqu’on est souffrant dû à une blessure. Gardez donc ces conseils à l’esprit pour assurer votre sécurité,

 

Les bienfaits de la physiothérapie

La physiothérapie joue un rôle essentiel dans la prise en charge des lésions musculosquelettiques. Que ce soit suite à une blessure légère ou plus sérieuse, aiguë ou chronique, la physiothérapie est recommandée dans plusieurs conditions. Beaucoup de gens pensent à tort que la physiothérapie n’est pas indiquée pour eux, alors qu’il s’agit de l’une des approches les plus efficaces et naturelles pour soulager la douleur. Voici quelques-unes des conditions où l’on peut en bénéficier :

  1. Blessure au dos

Il y a plusieurs causes pouvant entraîner des douleurs au dos, allant d’une blessure lors d’un faux mouvement à une mauvaise posture. Près de 85 % des Canadiens manifesteront à un moment donné dans leur vie des maux de dos. En physiothérapie, l’approche d’un traitement dépend de l’origine de la douleur. Les traitements utilisés incluent généralement des exercices de renforcement, des exercices de l’amélioration de la posture et de la mobilité ainsi que la gestion de stress sur la région blessée. De plus, le physiothérapeute sera également en mesure de vous fournir des conseils pour prévenir les problèmes au dos.

  1. Blessure au genou

La physiothérapie et les médicaments se sont révélés aussi efficaces que les interventions chirurgicales afin de lutter contre la douleur au genou. La douleur peut être complémentaire à une augmentation de la tension musculaire, à de l’arthrite, à un traumatisme direct ou au surplus de poids, restreignant parfois la mobilité. Le traitement vise à déterminer et à traiter la source de la douleur, permettant ainsi de profiter pleinement de ses activités au quotidien.

  1. Obésité

L’obésité est une source majeure d’inconfort, car elle augmente considérablement la pression sur les articulations. S’entraîner donc avec de la douleur et un surplus de poids peut être difficile et décourageant. En consultant un physiothérapeute, il sera en mesure de vous aider à reprendre l’activité et l’entrainement de façon progressive. La physiothérapie vous aide à atteindre vos objectifs pour perdre du poids et améliorer votre mobilité, ce qui aura pour effet de soulager vos douleurs.

  1. Douleurs associées au vieillissement

Pour de nombreuses personnes âgées, la douleur semble faire partie du processus de vieillissement, mais cela ne devrait pas être le cas. Qu’il s’agisse de douleurs associées à l’arthrite ou de douleurs chroniques, la douleur associée au vieillissement peut être soulagée. Même si parfois une guérison complète n’est pas possible, la physiothérapie peut grandement aider à améliorer la qualité de vie au quotidien.

Finalement, plusieurs recherches supportent également les bienfaits de la physiothérapie pour prévenir les blessures, diminuer le recours aux médicaments ou la nécessité d’une intervention chirurgicale.

Prenez rendez-vous dès maintenant avec un de nos physiothérapeutes pour vous aider à soulager votre douleur.

Physio Proactive, 2018.

La physiothérapie et le syndrome du tunnel carpien

Qu’est-ce que le syndrome du tunnel carpien?

Le syndrome du tunnel carpien survient suite à une compression du nerf médian au niveau du poignet. Cette compression est secondaire à l’inflammation des tendons qui se situe autour du nerf médian. Ceci peut engendrer de la douleur et causer des fourmillements et/ou engourdissements dans la main et au niveau des doigts plus particulièrement le pouce, l’index et le majeur. Si la condition n’est pas prise en charge ou traitée adéquatement, elle peut entrainer de la faiblesse musculaire dans la main, une diminution de la force de poigne et une douleur persistante/chronique.

Qui peut être atteint?

On est tous à risque de développer le syndrome du tunnel carpien, mais plus particulièrement les femmes. Cette condition est également associée au travail impliquant un mouvement répété, à une prédisposition génétique, à l’arthrite, à certaines maladies thyroïdiennes, à l’obésité et durant la grossesse.  Il est commun de remarquer une atteinte bilatérale des deux mains. Généralement, les symptômes débutent graduellement et s’aggravent durant la nuit.

Quelles sont mes options thérapeutiques?

Dans la majorité des cas, l’approche privilégiée est la physiothérapie combinée à la médication. Les anti-inflammatoires, le port d’orthèse et parfois l’infiltration de cortisone sont utilisés pour aider à soulager la douleur et optimiser la thérapie. La chirurgie est considérée seulement dans les cas plus sévères qui sont réfractaires à la physiothérapie.

Comment la physiothérapie peut vous aider?

La physiothérapie est primordiale dans le traitement du syndrome du tunnel carpien. Le physiothérapeute peut :

  • Évaluer les causes possibles et informer le patient sur la condition et les méthodes pour freiner l’aggravation de la blessure.
  • Prescrire des exercices pour diminuer la douleur et la compression sur le nerf médian et augmenter la force musculaire
  • Prodiguer des modalités électriques telles que l’ultrason ou le TENS pour soulager la douleur.
  • Recommander le patient pour la prescription de médicaments ou d’autres thérapies telle que l’acupuncture.

Comment prévenir cette condition?

Voici quelques conseils pour diminuer le risque de développer le syndrome du tunnel carpien :

  • Faire de l’activité physique,
  • Maintenir un poids santé,
  • Prendre des pauses régulièrement lors de l’exécution de tâches répétées,
  • Bouger et étirer régulièrement les mains et les poignets,
  • Adopter une bonne posture et ergonomie lors de l’utilisation accrue de la main et du poignet – par exemple, ne pas agripper un objet de façon trop serrée et éviter les positions contraignantes pour une période prolongée.

Malheureusement, on ne peut éviter tous les facteurs de risque. Il est donc important de consulter dès l’apparition des premiers symptômes pour prévenir une chronicisation de la condition.

Contactez-nous dès aujourd’hui pour prendre un rendez-vous avec un de nos physiothérapeutes et mettre fin à votre douleur.

Physio Proactive, 2018.

Call Now Button