Pour une vie Active
Sac à dos

Sac à dos et maux de dos

Voilà nous sommes déjà rendus à cette période de l’année où nous préparons la rentrée scolaire. Un des items essentiels est l’achat du sac à dos.  Malgré l’avancée de la technologie et l’apparition d’appareil électronique, le sac à dos demeure le seul moyen pour transporter les effets scolaires au quotidien. Malheureusement cela n’est pas sans risque pour nos tout-petits qui peuvent parfois trimballer l’équivalent de leurs poids.

Les risques

En effet, le port d’un sac à dos lourd peut à l’origine divers blessures musculosquelettiques et dans des certains cas, causer des douleurs incessantes au niveau du dos. Tout dépendants de la posture adoptée par l’enfant lors du port du sac à dos, les dommages peuvent être variés. Certains auront tendance à se pencher vers l’avant d’autres à arquer leur dos pour tenter de maintenir un certain équilibre. Ceci peut entraîner une augmentation de la compression sur la colonne et provoquer des douleurs au cou, au dos et parfois même aux épaules. Le fait également de lever le sac d’un seul côté peut causer un déséquilibre postural. Ceux qui portent un sac avec des bretelles plus étroites sont exposés à une pression accrue sur les vaisseaux sanguins et les nerfs au tour du cou et des épaules pouvant entraîner des problèmes circulatoires ou des lésions nerveuses. De plus, les enfants de plus petite stature sont plus à risques de blessures vu leur taille.

Choisir le bon sac à dos

Afin de prévenir les blessures et les douleurs, il est important de connaître les critères essentiels pour choisir le bon sac à dos :

  • Choisir un sac fait de matériel léger
  • Choisir un sac avec deux (2) bretelles larges rembourrées
  • Choisir un sac avec une ceinture à la taille pour mieux répartir la charge
  • Choisir un sac avec plusieurs pochettes pour répartir le poids des objets
  • Choisir un sac dont le dos est rembourré pour augmenter le confort et éviter la pression des objets pointus

Comment adapter à son sac à dos

Selon les études scientifiques, le poids du sac à dos ne doit pas être plus de 10-15 % du poids de l’enfant. De plus, les physiothérapeutes et médecins recommandent ceci:

  • Porter le sac à dos sur les deux (2) épaules pour bien répartir le poids
  • Adopter une posture adéquate et éviter d’arrondir ou pencher le corps vers l’avant
  • Ajuster la longueur des bretelles afin d’éviter que le sac descende sur les fesses
  • Placer les objets plus lourds près du corps, au centre du sac
  • Alléger le sac si vous remarquez que votre enfant a de la misère à le lever

Plus de 70% des élèves portent un sac à dos avec un poids supérieur à la limite suggérée. Gardez votre enfant en sécurité cette année en investissant dans un sac à dos adéquat et en lui expliquant comment prévenir les blessures au dos.

Notre physiothérapeute, Fawzi Charaan vous explique à travers un vidéo comment choisir le sac à dos et comment l’ajuster pour prévenir les blessures. Voir le vidéo ici!

Vous avez des questions sur les sacs à dos ou sur les blessures reliées à leurs usages? Planifier un rendez-vous avec un de nos physiothérapeutes pour avoir l’heure juste.

Physio Proactive, 2018.

pelvic foor physiotherapy plancher pelvien

La physiothérapie et le plancher pelvien

La rééducation pelvienne et périanale (RPP) en physiothérapie est de plus en plus en demande. Cependant, pour plusieurs patients cette approche est encore méconnue. Dans les lignes qui suivent, nous allons définir ce qui forme le plancher pelvien et qui sont les personnes qui peuvent bénéficier de la RPP.

Qu’est-ce que le plancher pelvien?

La plancher pelvien est composé de plusieurs muscles, ligaments et nerfs suspendus dans la partie inférieure à la base du bassin et supporte les organes à proximité tel que la vessie. Les muscles du plancher pelvien ont un rôle important dans le contrôle de la miction et du fonctionnement intestinal. De plus, chez les femmes, il joue l erôle du support pour l’utérus.

Qu’est-ce qu’une dysfonction du plancher pelvien?

Tout comme les muscles du corps, ceux du plancher pelvien peuvent s’affaiblir ou s’endommager pour plusieurs raisons. Lorsque ces muscles s’affaiblissent, une diminution du support des différents organes survient, ce qui peut entraîner leurs descentes et causer une ou plusieurs dysfonctions du plancher pelvien:

  1. Incontinence Urinaire, ou perte de contrôle de la vessie;
  2. Incontinence fécale;
  3. Prolapsus ou descente des organes pelvien tel que le rectum, la vessie ou l’utérus;

Il est également possible que les muscles soient très tendus ou hypertoniques. Cette condition est également une autre cause de dysfonction et provoquer une envie pressante urinaire ou fécale et parfois même des douleurs pelviennes.

Comment est-ce que la physiothérapie peut aider?

La physiothérapie peut jouer un rôle important dans le traitement et la prévention des dysfonctions du plancher pelvien. Bien évidemment, chaque cause de dysfonction nécessite un traitement spécifique. Par exemple, il est inadéquat de prescrire des exercices de renforcement dans la présence d’hypertonie.  Il est donc primordial de bien déterminer l’origine de la dysfonction par une évaluation effectuée par une physiothérapeute qualifiée – telle que Mirvat Bachir, qui possède une certification dans la gestion des dysfonctions du plancher pelvien –  avant d’entamer les traitements.

Dans le cas d’une faiblesse ou une perte de contrôle musculaire, la physiothérapie peut aider à renforcer et tonifier les muscles problématique. Il ne suffit pas simplement de faire les exercices de Kegel, il faut également inclure des exercices ciblant les muscles du tronc (les abdominaux le diaphragme et les muscles du dos). La physiothérapeute pourra également vous prescrire des exercices d’étirement et de relâchement musculaire dans le cas d’hypertonie.  Ainsi, une évaluation en physiothérapie permettra de déterminer la cause de la dysfonction en identifiant les muscles problématiques et adapter le traitement en fonction de vos besoins.

Quelles sont les personnes à risque?

Bien sûr, l’accouchement est la cause principale de dysfonction du plancher pelvien mais non la seule. D’autres facteurs de risque tel que:

  • Obésité
  • Chirurgie au plancher pelvien
  • Traitement par la radiothérapie
  • Lever des lourdes charges
  • La constipation chronique
  • Troubles digestives
  • Âge
  • Mouvements impliquant beaucoup d’impact

Il est important de savoir que l’incontinence n’est pas un simple processus relié au vieillissement mais bien une cause de dysfonction du plancher pelvien. Dans le cas où vous manifestez un problème urinaire, que ce soit une envie pressante urinaire ou une incontinence, de la constipation, une douleur ou une pression dans la région du rectum ou vagin, ou des spasmes dans la région pelvienne, vous souffrez probablement d’une dysfonction du plancher pelvien. Il est donc recommandé de consulter en physiothérapie. Également, nous vous invitons à lire l’article de l’Ordre de la physiothérapie du Québec à propos de 5 fausses croyances de la rééducation périnéale et pelvienne.

Prenez rendez-vous avec un de nos physiothérapeutes.

Physio Proactive, 2018.

Vertiges et Physiothérapie

Vertiges et Physiothérapie: causes et traitements

Nous avons tous un jour ou l’autre relevé rapidement la tête et éprouvé une sensation de perte d'équilibre ou de tête qui tourne. En fait, tout le monde a vécu un étourdissement au moins une fois dans sa vie. Le vertige est un trouble du système de l'équilibre. L'étourdissement en constitue le symptôme principal (une sensation d'instabilité ou de déséquilibre, une impression de tourner). Les vertiges varient grandement d'une personne à l'autre et peut connaître de nombreuses causes. Il va de la simple instabilité au grand vertige rotatoire.

Les causes des vertiges

Les causes les moins communes sont associées aux infections de l’oreille interne, à des réactions à certains médicaments, à des tumeurs, à une intoxication alimentaire ou à une chute de pression survenue à la suite d’un choc.

Les causes les plus fréquentes rencontrées en physiothérapie peuvent être associées à des dysfonctions inter-vertébrales (DIV) ou à des vertiges paroxystiques positionnels bénins (VPPB). De façon générale, il faut savoir que l’équilibre du corps est contrôlé par le cervelet. Celui-ci doit recevoir, de façon constante et au millième de seconde près, des informations des mécanorécepteurs (récepteurs de mouvement articulaire), de l’oreille interne et du système visuelle. Le cervelet est littéralement dépendant de ces informations afin de bien réagir et contrôler l’ensemble du corps. En regard des diverses demandes internes et externes, il permet à votre corps de se maintenir en équilibre (homéostasie).

Pour être en équilibre, le cerveau a besoin de trois types de renseignements : la position du corps dans l'espace (fournie par exemple par les muscles et articulations), la position de la tête (fournie par la vue) et les informations concernant les mouvements de la tête (fournies par les organes de l'oreille interne). Si l'une de ces informations n’est pas correctement transmise, nous éprouvons une sensation de déplacement dans l'espace qui est erronée : c'est le vertige.

Les traitements

Dans les cas de vertiges secondaire à un DIV, la correction et la normalisation des dysfonctions (mobilisation ou manipulation vertébrale) peut être envisagée. Cette approche augmente les chances de rétablir les interconnexions neurales entre les mécanorécepteurs de la colonne vertébrale et le cervelet. Dans le cas de VPPB, le traitement consiste entre autres à des manœuvres thérapeutiques de libération (ex : Epley ou Semont) qui peuvent être prodigués afin de corriger la situation.

Les conseils de votre physio

D’ici là, quand vous êtes vraiment étourdi, pratiquez le jeu de la tortue : prenez votre temps. De cette manière, vous évitez les mouvements brusques de la tête, surtout quand vous vous levez ou vous vous étendez et ainsi diminuer les risques de perte d’équilibre ou de chute.

 

Prendre rendez-vous

Pour consulter l'un de nos physiothérapeutes

Physio Proactive, 2018.

Conseils de votre physio pour le déménagement

Conseils de votre physio pour le déménagement

Pour plusieurs, le branle-bas de combat du déménagement est synonyme de blessures. Contrairement à la croyance populaire, on ne se met pas en forme en déménageant. Afin d’éviter les blessures, vous devez vous échauffer, prendre votre temps et effectuer de bons mouvements. Voici quelques conseils de votre physio pour le déménagement.

Les échauffements

Déménager est un travail très exigeant physiquement. On note une hausse des visites en physiothérapie lorsque vient le temps des déménagements.  Avant d’entreprendre vos tâches, prenez le temps de bien vous étirer. Une courte séance de réchauffement, vous permettra de conditionner votre musculature et réduire les risques de blessure. Après avoir terminé, n’oubliez pas de vous étirer afin de détendre vos muscles.

Le soulèvement des objets

Tout d’abord, il est conseillé de faire de petites boites et de disposer les objets à l’intérieur de façon équilibrée. Vous éviterez ainsi de soulever des charges instables. Il est plus facile de transporter 10 boîtes de 10 livres que 5 boîtes de 20 livres. Prévoyez donc une quantité importante de boîtes. Pour les charges plus lourdes (cuisinière, réfrigérateur, etc.), utilisez des ceintures, des crochets, des courroies de déménagement, un chariot ou même un diable mécanique.

Afin de bien soulever les boîtes, il est important de vous approcher de la charge et de placer vos pieds à la même largeur que vos épaules. Vos pieds et votre tête doivent pointer en direction de la charge à lever et votre dos doit rester droit. Ensuite, vous devez vérifier le poids que vous avez à soulever.

Durant la levée, utilisez les muscles de vos jambes et de vos bras. Allez-y lentement et doucement en contractant les muscles abdominaux. Assurez-vous d’être en équilibre et gardez la charge près de votre corps. Pivotez avec vos pieds et non avec votre dos. Ne tournez pas le haut de votre corps pendant que vous transportez la charge : l’ennemi du dos est la combinaison de la torsion et la flexion, évitez donc ce genre de mouvement.

Pour poser la charge au sol, pliez les genoux en premier, puis contrôlez la descente de la charge. Gardez toujours la charge le plus près possible de votre corps.

Si vous devez soulever ou déplacer des objets sur des tablettes élevées, il est préférable d’utiliser un escabeau ou une chaise de manière à placer l’objet à la hauteur de votre poitrine. Vous éviterez de vous étirer pour prendre un objet à bout de bras. Le principe est simple, vos mains ne devraient pas être plus hautes que vos épaules.

Les conseils pratiques

Les escaliers sont un endroit où l’on peut facilement se blesser. Il faut toujours être deux pour déplacer les objets longs ou lourds. Lors de la descente, la personne au bas doit être plus forte pour supporter le poids de l’objet. La personne en haut s’occupe, quant à elle, de maintenir l’objet en équilibre. Il est nécessaire de s’assurer que la personne qui se déplace à reculons contrôle le rythme de la descente et que l’autre personne ne la pousse pas.

Finalement, en utilisant les bons mouvements et en favorisant davantage vos bras et vos jambes plutôt que votre dos, vous serez en mesure de déménager sans danger pour l’intégrité de votre structure neuro-musculo-squelettique. Il serait fâcheux de vous blesser et de ne pas pouvoir profiter du reste de l’été. Soyez donc prudent!

Suggestions de votre physiothérapeute

  1. Lorsque vous prenez un objet au sol, inspirez profondément. Retenez votre souffle le temps du soulèvement jusqu’à la position debout et expirez en fin de mouvement. Refaites ce même geste lorsque vous déposez l’objet.
  2. N’oubliez surtout pas de boire suffisamment d’eau afin de ne pas vous déshydrater.
  3. Suivez votre rythme et prenez des poses régulièrement.
  4. Dès les premiers signes de douleur, n’hésitez pas à mettre de la glace sur vos articulations enflammées (cheville, coude, genoux, etc.) et de la chaleur sur vos raideurs musculaires.

Prendre rendez-vous

Physio Proactive, 2018.

Commotion cérébrale: comment la physiothérapie peut aider

Commotion cérébrale: comment la physiothérapie peut aider

Commotion cérébrale: un aperçu

Une commotion cérébrale est un traumatisme crânien causé par une force transmise à votre cerveau. Cette force peut être directe comme un coup porté à la tête ou indirect comme un impact sur une autre partie du corps qui transmet de la force à votre cerveau. Les commotions cérébrales affectent la façon dont le cerveau fonctionne, mais n’apparaissent pas sur les examens d’imagerie standard comme les rayons X, les IRM ou les TDM.

Les symptômes d’une commotion cérébrale

Les commotions cérébrales peuvent provoquer une grande variété de symptômes, qu’ils soient somatiques, cognitifs ou émotionnels. Parmi les symptômes, notons des maux de tête, des étourdissements, un sentiment de confusion ou de la labilité émotionnelle. Elles peuvent aussi avoir une incidence sur l’équilibre, les fonctions cognitives, le comportement et le sommeil.

Comment la physiothérapie peut aider

Les commotions cérébrales affectent différentes personnes de façons variables. Votre physiothérapeute commencera donc par l’évaluation de votre condition. Souvent, la blessure causant une commotion cérébrale peut aussi causer des blessures au cou. Votre physiothérapeute évaluera votre cou ainsi que votre état neurologique, votre équilibre et l’ensemble de vos fonctions. À partir de ses conclusions, votre physiothérapeute pourrait utiliser certaines des options de traitement suivantes pour vous aider à vous sentir comme vous-même à nouveau :

  • Formation
  • Thérapie manuelle
  • Exercices d’étirement et de musculation
  • Exercices d’équilibre et vestibulaires
  • Entraînement avec un effort graduel
  • Retour progressif au sport ou à l’activité

Les commotions cérébrales sont des blessures complexes et il est préférable qu’une équipe composée de divers professionnels des soins de santé les traite, en particulier si cela prend du temps avant que vos symptômes disparaissent. Votre physiothérapeute travaillera avec votre équipe de soins pour accélérer votre récupération afin que vous puissiez recommencer à faire ce que vous aimez faire.

Prendre rendez-vous avec l’un de nos physiothérapeute

Physio Proactive, 2018.

Comment prévenir les blessures lors de la course à pied?

Le printemps frappe enfin à nos portes, le soleil rayonne et les bourgeons éclatent. Si, pour certains, l’événement rime avec jardin, pour d’autres, il annonce le grand retour de la course à pied à l’extérieur. Or, saviez-vous que près de la moitié des coureurs vont subir une blessure lors de leur activité favorite? Pour vous assurer une saison estivale sans blessure, nous vous invitons à lire cet article.

Quelles sont les blessures les plus fréquentes lors de la course à pied?

Qu’importe si vous êtes un coureur professionnel ou un débutant, la pratique de la course à pied peut entraîner son lot de blessures si vous ne faites pas attention. Parmi les plus fréquentes, on peut nommer :

  • la tendinite d’Achille;
  • les fractures du stress;
  • la périostite tibiale;
  • les entorses ligamentaires et musculaires;
  • la fasciite plantaire.

Quels sont les facteurs de risque?

Dans la plupart des cas, les blessures sont causées par plusieurs facteurs, comme :

  • la surcharge d’entraînement (le coureur en fait trop, n’en a jamais assez et s’épuise);
  • le manque d’échauffement (les articulations et les groupes musculaires spécifiques à la course ne sont pas bien préparés);
  • la génétique du corps (certaines personnes sont plus fragiles et vulnérables que d’autres aux blessures physiologiques).

Quels sont les moyens de prévention?

Un bon moyen facile de prévenir les blessures est de vous échauffer avant de débuter une session de jogging, soit de commencer à courir progressivement afin de ne pas stresser vos articulations et vos muscles. Une autre façon est de minimiser votre cadence d’environ 180 pas par minute dans le but de diminuer le stress sur vos articulations. En effet, ce sont ces dernières qui absorbent le choc de l’impact répété de vos pieds qui atterrissent sur le sol. Finalement, un dernier conseil pour éviter les blessures liées à la course à pied : accordez-vous un temps de repos pour que votre corps puisse régénérer sa structures osseuse et musculaire.

Vous voulez des conseils pour mieux courir?

Notre clinique offre un service d’analyse biomécanique de la course à pied. Si vous souffrez de l’un des maux présentés plus haut, n’attendez pas avant de prendre rendez-vous avec l’un de nos professionnels de la santé.

Physio Proactive, 2018.

3 astuces efficaces pour vous éviter bien des maux

Peu de gens le savent, mais la physiothérapie joue un rôle important dans leur quotidien, que ce soit à la maison, au gym ou au travail. Dormir dans une position inadéquate, effectuer des gestes répétitifs avec les mains et soulever des charges de la mauvaise façon sont toutes des actions qui peuvent provoquer des blessures importantes. L’équipe de Physio Proactive vous présente trois astuces efficaces pour vous éviter bien des maux.

Assurez-vous de vous échauffer avant de vous entraîner

Pour éviter les blessures au gym, on ne le dira jamais assez: échauffez-vous. La raison est très simple, un bon échauffement amène votre sang dans les tissus musculaires, augmente votre souplesse et améliore votre coordination. En d’autres mots, cela « réveille » vos muscles et les prépare en douceur à être davantage sollicités.

Bougez régulièrement si votre travail vous demande de rester assis longtemps

La plupart des personnes qui restent assises toute la journée sont souvent avachies sur leur chaise de bureau, voire même contorsionnées dans une posture néfaste. Cela entraîne, entre autres, des maux de dos et une raideur au niveau de la nuque. Pour éviter ce genre de problèmes, essayez de vous lever au moins une fois par heure. Seulement quelques minutes suffisent pour ressentir les bienfaits!

Soulevez vos boîtes de déménagement avec le dos droit et les genoux fléchis

Qui dit été, dit souvent déménagement. Or, le levage de charges lourdes (comme vos boîtes) augmente les risques de souffrir de problèmes au dos. Pourquoi ? Parce que si vous soulevez la charge avec le dos courbé, les disques de votre colonne vertébrale se retrouvent déformés et surchargés. La bonne façon de faire :

  • Ayez un bon équilibre en gardant les pieds écartés
  • Soulevez la charge en gardant votre dos bien droit et en contractant vos muscles abdominaux
  • Avancez en tournant tout votre corps (il faut éviter les torsions et les flexions latérales du tronc)
  • Déposez la charge sur une surface élevée de préférence.

Vous n’avez pas suivi nos conseils et vous souffrez de douleurs ou de blessures articulaires, musculaires ou ligamentaires? N’hésitez pas à prendre un rendez-vous maintenant pour obtenir une consultation auprès de nos professionnels de la santé.

Demande de consultation

Physio Proactive, 2018.

Call Now Button